Depuis le 5 mai, la France est en dette écologique vis-à-vis de la planète

Il y a urgence. WWF France et Global Print ont calculé la date du jour du dépassement écologique de la France, en 2018, et… celle-ci tombe le 5 mai. En comparaison et cette fois-ci au niveau mondial : celle-ci était tombée le 4 août, en 2017.

Pourquoi la France est-elle si mauvaise élève en matière d’émissions de gaz à effet de serre ?

Cette nouvelle est évidemment très décevante au regard des engagements pris par la France ces dernières années, en particulier depuis l’Accord de Paris.

Deux tiers de l’empreinte écologique des Français sont liés aux émissions liées spécifiquement à trois “postes” – ou sources – d’émission de GES : 24% sont liés au logement, 23% au transport et 22% à l’alimentation.

 

Si nous ne voulons pas alourdir encore notre dette envers la planète, il est urgent d’agir prioritairement sur ces trois postes d’émission de gaz à effet de serre (logement, transport, alimentation).

L’ABC est convaincue qu’une approche sectorielle des émissions de gaz à effet de serre est un levier très puissant pour les réduire. Chaque poste d’émissions ayant ses spécificités, il est nécessaire d’adopter une approche plus fine de ces enjeux.

Le logement sera ainsi le thème principal du nouvel événement que nous vous présenterons très bientôt : les petits déjeuners de l’ABC. Vous pourrez suivre en direct les échanges, les débats et les propositions concrètes sur le poste principal d’émissions à l’échelle nationale, actuellement…

Ne pas prendre en compte les émissions indirectes du “scope 3″ coûte cher à la planète

Sur les trois niveaux d’émissions de gaz à effet de serre définis par la méthode réglementaire, le niveau des « autres émissions indirectes » (ou scope 3) correspond généralement à la part la plus importante des émissions de GES d’une organisation (80% des émissions, en moyenne !). Pourtant, l’obligation réglementaire se focalise pour le moment sur la comptabilisation des émissions directement induites par les activités sous contrôle de l’entreprise ou par sa consommation énergétique (c’est à dire les « scopes 1 et 2 »).

Mais quel est le lien avec la dette écologique ahurissante de la France ?

Les postes “transport” et “alimentation”, les plus émissifs, font actuellement partie du scope 3 (c.à.d les émissions indirectes). Ils ne sont donc pas obligatoires au regard de la loi.

L’ABC recommande l’utilisation du Bilan Carbone®  pour toutes les organisations désireuses de compter et d’agir sur leurs émissions les plus importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières actualités

Association Bilan Carbone - [REPLAY] Petit déjeuner thématique de l’ABC | “L’économie circulaire dans une société bas-carbone”

[REPLAY] Petit déjeuner thématique de l’ABC | “L’économie circulaire dans une société bas-carbone”

juillet 16, 2019 10:45
Voir l'article
Association Bilan Carbone - Sortie de la version 8.2 du Bilan Carbone®

Sortie de la version 8.2 du Bilan Carbone®

mai 9, 2019 15:33
Voir l'article
Association Bilan Carbone - Intervenez lors du Sommet Virtuel du Climat : 1er événement climat 100% en ligne

Intervenez lors du Sommet Virtuel du Climat : 1er événement climat 100% en ligne

avril 18, 2019 11:27
Voir l'article

Partagez cet article :